Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 11:38

Patriotisme , défense des valeurs de la République notamment de la laïcité , volonté de  faire respecter la discipline , voilà à priori de bonnes raisons  d'entrer  dans des formations qui  militent en ce sens ....Le FN  fondé par Jean- Marie Le Pen dont   personne n'ignore le parcours controversé n'est pas à mon sens le parti qui en matière d'éducation peut donner les meilleures repères  mais nonobstant Daniel Philippot qui en 1981 a voté Mitterrand  semble    avoir  trouvé dans le projet frontiste pour l'école de quoi le satisfaire : c'est que le fiston au parcours scolaire brillant  joue un rôle  déterminant dans la stratégie  de réhabilitation que Marine Le Pen a décidé de mettre en œuvre , voilà le petit prodige potentiellement  éligible aux plus hautes fonctions surtout que  la concurrence n'est pas à la hauteur ...Fier de sa progéniture , l'ancien directeur désormais à la retraite milite désormais pour ceux qui ont accueilli Philippot junior ....J'ai eu aussi la  responsabilité d'une école et   la réussite de mes élèves à chaque fois que j'en ai connaissance me remplit de joie mais franchement si j'apprenais que l'un d'eux assure la promotion de La famille Le Pen , je serais  bouleversé et encore    bien plus si  c'était  mon propre enfant ..... YVONLABAUDRCHE

Partager cet article
Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 08:47

Ces administrés à Hyères ville dont il est l'édile sont sidérés , c'est  plutôt un bon maire   , sans doute  ne connaissaient-il pas les convictions du  bonhomme qui se revendique du Gaullisme ?Sans doute n'a -t- il pas  bien assimilé les leçons d'histoire de sa jeunesse et ne sait -il pas que les fondateurs du parti qu'il rejoint étaient des adversaires résolus du général prêts à toutes les extrémités pour lui barrer la route ?...Oublions , la xénophobie , l'islamophobie , l'homophobie , l'antisémitisme des plus radicaux des militants de cette formation , tous ces vilains travers   n'existeraient plus  et analysons la démarche du leader de la France debout ...Nationalement , il représentait 1à 2 %, la  chute de Fillon , l'explosion en vol des grands partis de gouvernement lui ont permis d'atteindre quasiment 5% en musclant son discours ....Ce petit monsieur a donc désormais le melon et n'a pas    trouvé mieux que de rallier le F N  pour servir ses ambitions : il n'a pas l'étoffe pour ce job mais peu importe , gonflé d'importance , il y croit ....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 05:33

"Beaucoup de Français séduits par Pétain n'imaginaient pas les horreurs futures" : l'appel de trois résistants et déportés contre l'extrême droite

 
 
 

Un texte solennel a été lu au Camp des Milles (Bouches-du-Rhône), dimanche 30 avril, à une semaine du second tour de la présidentielle.

© Fournis par Francetv info

Ils ont voulu marquer le coup, à l'occasion de la journée du souvenir de la déportation. Trois représentants de la Résistance et de la déportation ont estimé, dimanche 30 avril, dans un appel solennel lu au Camp des Milles (Bouches-du-Rhône), que la France ne pouvait pas prendre le "risque mortel" de l'extrême

"Nous avons appris durement à reconnaître les visages et les masques de l'exclusion et de la haine, ont écrit trois "Grands anciens" du site mémorial du Camp de Milles, dans un texte prononcé par le président du musée, Alain Chouraqui. Comme nous reconnaissons les petits calculs, les colères dévoyées ou les aveuglements qui permettent le pire."

"Aujourd'hui, malheureusement, par-delà les mots et les faux semblants, nous les reconnaissons bien dans notre pays", indiquent Denise Toros Marter, déportée à 16 ans à Auschwitz, Sidney Chouraqui, engagé volontaire de la France libre, et le colonel Louis Monguilan, résistant, déporté à Mauthausen.

"Le danger le plus immédiat pour nos libertés"

 

"Nous savons bien que tous ceux qui sont attirés par les extrêmes ne sont pas eux-mêmes des extrémistes. Mais ce fut le cas aussi pour beaucoup de Français ou d'Allemands séduits un moment par Pétain ou Hitler dont ils n'imaginaient pas les horreurs futures", poursuivent-ils.

"Nous ne supportons pas l'idée que les héritiers des politiques antirépublicaines que nous avons connues puissent à nouveau exercer et détourner le pouvoir républicain." - Denise Toros Marter, Sidney Chouraqui et Louis Monguilan

"C'est aujourd'hui l'extrémisme nationaliste qui risque de conquérir le pouvoir dans notre pays et qui présente donc le danger le plus immédiat pour nos libertés et pour l'unité de notre peuple", affirment-ils.

 

"Nous avons connu les 'diables ordinaires'"

 

"Peu importe que l'on nous accuse de diabolisation. Car nous avons connu les 'diables ordinaires' qui peuvent préparer l'enfer. Nous savons jusqu'où mènent l'intolérance et l'exclusion au pouvoir. Nous en connaissons la dynamique meurtrière. Pour notre pays, pour les valeurs de la République, pour nos enfants et petits-enfants, ce risque mortel ne peut pas être pris", concluent-ils.

Le Camp des Milles, près d'Aix-en-Provence, est le seul grand camp français d'internement et de déportation encore intact. Il abrite aujourd'hui un musée et un mémorial, engagé dans la lutte contre l'extrémisme.

C'est très compliqué d'expliquer et de convaincre des gens qui bien conditionnés par les populistes ne veulent rien entendre ..Alors , laissons parler ceux qui ont connu le pit=re ...YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 05:19

"Il s'est suicidé": à Yerres, dans le fief de Dupont-Aignan, c'est la consternation

 
 
Ce 29 avril, les habitants de la ville de Yerres, tenue par Nicolas Dupont-Aignan, sont choqués du ralliement de leur maire à Marine Le Pen.© Nathalie Samson Ce 29 avril, les habitants de la ville de Yerres, tenue par Nicolas Dupont-Aignan, sont choqués du ralliement de leur maire à Marine Le Pen.

Au lendemain du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen, les habitants de la commune de Yerres (91) dont il est maire depuis plus de vingt ans sont sous le choc.

Comme tous les samedis, c'est jour du marché au centre-ville de Yerres. Mais ce 29 avril n'est pas un samedi comme les autres. Les habitants de cette commune coquette et paisible du sud de Paris sont groggy. Le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen pour le second tour ne passe pas dans cette ville où l'édile obtient un plébiscite aux municipales depuis plus de vingt ans.

Dans les allées proprettes du marché couvert aux stands bien garnis, le sujet est sur toutes les lèvres. Et pour cause. Avec 28,62% des suffrages, le candidat de Debout La France est certes arrivé devant Emmanuel Macron (22,14%) au premier tour de la présidentielle. Mais bien loin devant la candidate du Front national qui n'a recueilli qu'un peu plus de 10% des suffrages.

"On n'a jamais cru à son destin national"

"Je suis scandalisée, affirme Monique, 70 ans qui a appris la nouvelle hier soir au journal télévisé. Je participe beaucoup à la vie culturelle de la ville et c'est incompréhensible. J'ai reçu plein de SMS de mes amis. On n'a jamais cru à son destin national. Je ne sais pas ce qu'on lui a promis mais on est complètement détruits. Honte à Dupont-Aignan", lâche-t-elle en s'en allant.

Près de l'entrée, Eric et Philippe, la soixantaine, les cabas remplis de victuailles posés à terre discutent aussi du sujet. Ils ne croient pas en la victoire du Front national mais sont consternés. "Il a fait des choses ici, surtout pour les vieux, reconnaît Philippe, qui précise n'avoir jamais voté pour lui. Il a épongé la dette de la commune qui lorsqu'il l'a reprise était en grande difficulté. Ils ont dû se dire que comme il était bien ici, il serait bien au niveau national. Mais on ne pense pas que ça va peser." Pour Eric*, "c'est un coup de poker. Le problème est qu'il crédibilise le FN et c'est très toxique." Selon lui cependant, à l'issue des élections, il sera en difficulté: "les habitants ne lui pardonneront jamais".

"Une ligne rouge a été franchie"

"Il nous a donné la chair de poule, assure Nadège Lecatelli, cadre de 42 ans à Paris, qui habite Yerres depuis plusieurs années. Il va perdre un paquet de voix. C'est dommage car c'était un bon maire." Pour son mari Florent, "une ligne rouge a été franchie. C'est un geste symbolique d'aller de la droite à l'extrême-droite. Cela fait partie de la banalisation du FN, glisse-t-il, à deux doigts de s'emporter. Dupont-Aignan instrumentalise certains thèmes comme l'immigration. Mais ici c'est une ville paisible. Il y a moins d'insécurité qu'autour", croit-il savoir.Bernard 80 ans, la casquette vissée sur la tête est "écoeuré". "Je suis de droite, sans le revendiquer. Que Dupont-Aignan ose se revendiquer de De Gaulle est scandaleux. De Gaulle n'aurait pas pu prendre cette décision car le FN n'existait pas à l'époque, mais je doute qu'il aurait apprécié ce geste. C'est une volte-face à 180 degrés. En 2002, il avait appelé à voter contre le FN et aujourd'hui il se rallie pour avoir un poste au gouvernement. S'il y avait des municipales maintenant, il ne passerait pas. On dit que les années guérissent, mais je ne pense pas. Tout est choix dans la vie: là il fait un choix qui choquent beaucoup de gens."

"Dupont-Aignan n'est pas un gaulliste, mais un pétainiste"

Eliane et Gérard ont appris la nouvelle ce matin. Les deux retraités sont rentrés hier soir "enchantés" de vacances en Iran. "Triste pays, souffle Eliane, qui a voté Poutou au premier tour et se dit prête à voter Macron "s'il y a de gros problèmes". "Je n'ai jamais voté pour Dupont-Aignan et je ne le ferai pas, renchérit son mari. J'ai entendu quelqu'un dire: "Dupont-Aignan n'est pas un gaulliste, mais un pétainiste. C'est exactement ça."

Les commerçants eux se montrent moins diserts. L'un des rares à accepter de témoigner, René Cordeau, jeune patron d'une boucherie de 24 ans, est aussi apparemment l'un des rares à se réjouir de la nouvelle. Il habite Villecresnes, une ville limitrophe et a voté Marine Le Pen au premier tour pour "défendre notre pays contre l'immigration, faire quelque chose du côté des frontières", explique-t-il lapidairement. Linda, 28 ans, est elle "choquée". La jeune musulmane de 28 ans donne un coup de main à son frère qui tient le stand primeur "Chez Momo". "Dans la ville, les différentes communautés cohabitent bien", affirme la jeune femme. Les autres préféreront se taire. "Le commerce et la politique, ça ne se mélange pas, souffle l'un d'eux, avec cynisme. La preuve: c'est ce qui vient de causer la mort de Dupont-Aignan. Les gens sont sous le choc. Pour une grande partie des habitants de la ville, hier, il s'est suicidé."

Partager cet article
Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 16:51

Ces gens là sont prompts à récupérer l'histoire pliée  à leurs exigences  et les événements pour s'arroger le droit de représenter la France dont eux seuls seraient les honnêtes  défenseurs ...Honnêtes n'est peut- être pas le mot le plus approprié eu égard au contexte européen  ..Ils  n'aiment pas l'Europe soit  mais  ils ne crachent pas sur son argent provenant des poches des contribuables européens dont les Français qui ne roulent pas tous sur l'or contrairement à ceux qui prétendent représenter le petit peuple ...... C'est  l'immense imposture du moment cette tentative de putsch populiste avec des mesures à priori très  attractives pour les défavorisés que l'on aura pris soin de trier selon des critères pas tous  avouables mais qui risquent vite de  revenir à la figure de  ceux qui se seront réjouis trop vite ...Une France rétrograde  et décadente , repliée sur soi risque bien de décevoir ceux qui se jettent à corps perdu dans les bras des chantres de la droite radicale et sectaire ...A  l''approche du second tour , j'intensifie mon activité non sans un certaine irritation et un énervement palpable pour ceux que je rencontre et croise ...Je pourrais faire semblant de ne rien comprendre ni voir mais l'extrême droite qui s'agite  déversant des tombereaux d'horreurs et d'intox me fait sortir de mes gonds ...J'ai quelques dispositions pour exprimer mes indignations et mes craintes , le les mets gratuitement au service   d'une France dont nous ne  voulons  pas être honteux ...YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 13:21

Investi dans ses nouvelles fonctions pas Marine Le Pen celui qui n'a pas atteint les 5%  en dépit d'un contexte politique  très favorable à ses engagements pernicieux squatte  les radios et court les plateaux pour répandre la bonne parole se prétendant toujours Gaulliste , ses électeurs  qui  n'ont  probablement pas  été consulté apprécieront....Marine Le Pen ne serait plus d'extrême  droite et la contribution financière de  sa campagne  , son évocation toute personnelle de la rafle du Vel d'hiv et des excuses au nom  de la France de Jacques Chirac , tout comme la nomination à la  tête  de son parti d'un personnage problématique ne sont bien sûr que des incidents de parcours ;..Ne parlons  pas du parlement européen et du contentieux  qui oppose  la sainte femme  aux autorités de contrôle de cette institution ....Foutaises , balivernes , menteries naturellement mais d'un prix très élevé ...Tout cela n'effraie pas Dupont- Aignan  qui voulait moraliser la vie publique ...Ne voudrait-il   pas plutôt  capitaliser  sur son score  inespéré acquis grâce à la chute aux enfers du candidat issu des primaires républicaines  et s'offrir des députés avec l'aide du front national ?...Toutes ces bonnes mauvaises raisons doivent nous alerter , ce  personnage qui au sein des Républicains ne pesait rien se sent pousser des ailes....Ses ambitions sont démesurées voire folles  et il va vite falloir le ramener à la raison , je pense que c'est inéluctable et que ça va être fait rapidement ...Les  électeurs ne sont pas tous des truffes ....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 09:48

Du Gaullisme , ce sont qui ont vécu les événements aux côtés du général  qui en parlent le mieux ...

L'ancien secrétaire de Jean Moulin et compagnon de la Libération, Daniel Cordier, prend pour la première fois position dans le débat politique français.

Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin et résistant : "Marine Le Pen est la négation de tout ce pourquoi nous nous sommes battus" Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin et résistant : "Marine Le Pen est la négation de tout ce pourquoi nous nous sommes battus"

"Quand j’imagine Marine Le Pen représenter la France, quand je réalise le risque qu’elle soit élue, je trouve cela monstrueux. Le Pen, je dis non". Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin et un des 11 derniers compagnons de la Libération encore en vie, s’inquiète dans une interview au Journal du Dimanche d’une possible victoire du Front national à la présidentielle. Parti à Londres en 1940, alors que le régime de Vichy dirigeait la France occupée, Daniel Cordier estime que Marine Le Pen représente "la négation de tout ce pourquoi nous nous sommes battus".

"La France d’aujourd’hui n’est plus du tout celle de ma jeunesse"

"Marine Le Pen, c’est la France de la réaction, c’est la France de Charles Maurras qui continue. Ce retour est effrayant. La France d’aujourd’hui n’est plus du tout celle de ma jeunesse", regrette Daniel Cordier. L’ancien résistant, fervent défenseur de l'Europe, estime qu’"il n’y a pas d’autre solution que l’Union européenne. C’est l’antidote à la guerre. Imaginer que la France quitte l’Europe est bouleversant", lâche-t-il, comme un écho au programme de Marine Le Pen axé sur le principe de la "priorité nationale".

Il appelle à voter Macron

Réagissant au discours commun de Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen samedi, qui multipliait les références au gaullisme, Daniel Cordier peste : "Dans leur bouche, ce ne sont que des mots. De simples mots creux, qui ne disent rien. Ces gens-là parlent sans savoir ce qu’a été le gaullisme de 1940. Quand je les entends revendiquer cet héritage, je le ressens comme une imposture." À 96 ans, celui qui se dit comme "un homme de gauche" prend position pour la première fois depuis la Libération dans le débat politique français, et appelle à voter Emmanuel Macron "sans hésitation et sans aucune réserve". 

Les références des uns et des autre à De Gaulle ou Mitterrand , ça suffit , les veaux , les bœufs ,  les moutons et à l'occasions les renards et les loups qu'ils ils ont été parfois mais dont ils ont été aussi les idoles ou les victimes , ils connaissent bien : laissons les reposer en paix er ne permettons pas un parti dont les fondateurs étaient ses ennemis les plus féroces d'exumer le général pour en faire leur emblème ... Cette récupération est le comble du culot , de l'indécence et du cynisme .....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 06:59

Le 1er mai est le 121e jour de l'année du calendrier grégorien, le 122e en cas d'année bissextile. Il reste 244 jours avant la fin de l'année.

C'est le jour de la fête internationale des travailleurs dans de nombreux pays, qui commémore les luttes pour la journée de 8 heures.

C'était généralement le 12e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du sainfoin.

Dans la tradition celtique, le 1er mai est le jour de la fête de Beltaine, date à laquelle les Celtes passaient de la saison sombre à la saison claire. Elle est en opposition à Samain, ou Halloween.

La fête du Travail est le nom de plusieurs fêtes qui furent instituées à partir du XVIIIe siècle pour célébrer les réalisations des travailleurs[réf. nécessaire].

On peut remarquer des différences dans plusieurs pays sur la façon dont la fête du travail est pratiquée. Au Canada et aux États-Unis, la fête du travail est un jour férié du mois de septembre[1],[2]. En Australie, elle est fêtée à différentes dates proches du printemps ou de l’automne.

Dans certains pays, comme la France, elle se confond avec la journée internationale des travailleurs, fête internationale instaurée à l'origine comme journée annuelle de grève pour revendiquer la journée de huit heures, qui devint au XXe siècle une journée de célébration des combats des travailleurs. Elle est célébrée le 1er mai dans de nombreux pays du monde et est l’occasion d’importantes manifestations du mouvement ouvrier.

Cette journée est souvent un jour férié. Elle est parfois associée à d’autres festivités ou traditions populaires.

Ce n'est qu'en 1988 que le parti a choisi ce jour pour honorer Jeanne d'Arc, au lieu du dimanche suivant le 8 mai.

 

Entre 1979, date de son premier défilé, et 1988, c’est le dimanche suivant le 8 mai que le FN rendait hommage à Jeanne d’Arc. Il s’inscrivait alors dans une ancienne tradition : «À la fin du XIXe siècle, il était question de créer une seconde fête nationale, car la droite faisait grise mine le 14 juillet, explique Nicolas Lebourg, historien spécialiste des droites extrêmes. On pense donc au dimanche suivant le 8 mai, jour de la libération d’Orléans par Jeanne d’Arc en 1429. L’extrême droite ne tardera pas à s’approprier la cérémonie», et notamment le mouvement royaliste Action Française.

Plus tard, la République fait elle-même de cette date un jour d’hommage à la Pucelle : le 14 juillet 1920 est promulguée une loi votée à l’unanimité des deux Chambres. Dans le contexte cocardier de l’après-guerre, elle institue une «fête de Jeanne d’Arc, fête du patriotisme». Toujours en vigueur aujourd’hui, cette fête fait partie des douze journées nationales annuelles organisées par le ministère de la Défense. À partir de 1945, le 8 mai est aussi consacré jour de la victoire; pour les rescapés de la collaboration, l’hommage à Jeanne d’Arc prend alors des allures de contre-manifestation. Fondé en 1972, et encore groupusculaire au long des dix années suivantes, le Front national s’associe à la cérémonie en 1979.

Quant aux syndicats, depuis la fin du XIXe siècle, c’est le 1er mai qu’ils ont choisi pour prendre la rue : la date commémore de meurtriers incidents survenus en 1886 à Chicago, dans le cadre d’un mouvement ouvrier pour la journée de huit heures.

«Lier le social et la patrie»

En 1988, Jean-Marie Le Pen décide toutefois que le défilé frontiste aura lieu le 1er mai, et non le dimanche suivant. C’est que le second tour de l’élection présidentielle, auquel le chef frontiste espère participer, doit se tenir ce 8 mai. Le Pen veut ainsi faire de la manifestation une démonstration de force dans l’entre-deux tours. Mais aussi s’épargner le voisinage des groupes radicaux qui, eux, défileront bien le 8. Le président du FN échouera finalement à parvenir au deuxième tour : le 1er mai, il devra se contenter d’appeler à «voter Jeanne d’Arc».

Une autre raison, plus stratégique, justifie cependant le changement de date, qui sera maintenu les années suivantes. «Nous avons décidé de jumeler cette fête patriotique avec la fête des travailleurs afin de montrer la vocation sociale du FN, explique Carl Lang, ancien secrétaire général du FN. Cela nous permettait d’intégrer la célébration de Jeanne d’Arc dans une revendication concrète et actuelle, de lier le social et la patrie, le passé et le présent». Ces motifs font écho à une vieille aspiration de l’extrême droite : dépasser le conflit de classes par la communion patriotique de tous les secteurs de la société. Ils annoncent également la mutation de l’électorat frontiste à cette époque et durant les années 1990 : aux artisans, petits patrons et professions libérales s’agrègent, de plus en plus nombreux, des ouvriers et petits employés. Le discours du FN suivra cette évolution : après avoir longtemps voulu représenter «la vraie droite», le parti se revendique bientôt «ni de droite, ni de gauche».

D’autres mouvements d’extrême droite continuent de leur côté à privilégier la date «officielle». Cette année, c’est bien le 10 mai qui défilera l’Action française, tout comme l’organisation catholique intégriste Civitas, entre autres.

Skinhead s’abstenir

Cette distinction n’a jamais empêché certains groupes ou individus radicaux de défiler eux aussi le 1er mai, en marge du cortège officiel. Voire, certaines années, de participer au service d’ordre : ce fut le cas des Jeunesses nationalistes révolutionnaires de Serge Ayoub dans les années 1990. Dans le même temps, toutefois, les gros bras frontistes sont aux aguets pour expulser, à la manière forte si besoin, les «provocateurs» mêlés aux troupes frontistes. Une préoccupation qui n’a fait que se renforcer depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la présidence du parti. En 2011, un document interne publié par Rue89 avertissait les participants : «Marine Le Pen a prévenu que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un "skinhead" sera exclu manu militari. Sont exclues toutes les tenues vestimentaires type treillis, Rangers, etc. Seuls les drapeaux français et régionaux seront acceptés».

Au fil des années, le défilé du 1er mai s’est imposé comme l’un des grands moments du calendrier frontiste, à l’égal de la fête des Bleu-Blanc-Rouge - sorte de Fête de l’Huma sauce frontiste dont la dernière édition s’est tenue en 2006. Le cortège fait office de baromètre pour le parti, l’affluence permettant de mesurer sa forme du moment : grandes foules lors des années présidentielles 1988, 1995 et 2002 (cette dernière édition étant la seule où Jean-Marie Le Pen ait pu appeler à voter pour lui au second tour); petite assistance dans les années de crise suivant la présidentielle de 2007. En 1999, année de la scission entre mégrétistes et lepénistes, ce sont même deux cortèges de taille égale qui ont défilé dans les rues de Paris. En 1995, un événement tragique avait marqué le défilé : la mort du jeune Brahim Bouarram, poussé dans la Seine par un skinhead participant à la manifestation.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 13:40

Elle entend labourer le terrain mais pour le moment , elle nous bourre le mou et sa dernière trouvaille relève de la farce , c'est vrai qu'un médiocre rejoignant des nuls ça peur élever ujn peu le niveau mais noyé dans la masse le bougre qui n'est déjà pas une lumière ne risque pas de  briller ...En attendant il met le feu aux poudres et comme il est préférable de prévenir plutôt que de guérir , on va tout faire pour que ce présomptueux qui a pris le melon revoirt à la vbaisse ses folles ambitions ....YVONLABAUDRUCHE ...

Partager cet article
Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 12:06

La France est une destination touristique très prisée avec des paysages  pittoresques et variées , des lieux culturels incomparables , des villes et des villages accueillants , en gros la France et ses habitants ont une bonne image ... Tout cela dans un avenir proche en raison d'(un  repli sur soi et d'un sectarisme    hors normes peut être mis en péril .Négligence dans les vaccinations ..,on a loupé les piqûres de rappel et la peste brune menace ,...Ce n'est pas encore une pandémie mais il est urgent d'enrayer le mal , j'engage donc toutes les communes à participer à un grand concours , intitulé : ici on aime les gens tous les gens ,  le score des sec taires plus bas qu'aille  le  prouve....Quelle commune va obtenir la palme dans le rejet du populisme haineux?Le défi est lancé ....Charité bien ordonnée commence par soi même , le concours est don ouvert dans les villages qui constituent la commune du Petit Caux et je m'engage à l'issue du second tour à dresser un bilan de l'action ...Bouder les plus mauvais élèves est une option ....On n'a pas en effet très envie de faire du tourisme ,d'investir ,d'effectuer des achats là où l'accueil vis à vis de tous n'est pas bienveillant ....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de YVONLABAUDRUCHE à visiter sans modération et à conseiller aux amis et aux proches et à l'occasion à ceux que vous voulez moucher ...
  • : Au moins un article quotidien qui en général traite de l'actualité avec humour et sans complaisance pour ceux dont les comportements et mœurs nous irritent profondément ...Blog très fourni avec les commentaires avisés de visiteurs devenus des amis au fil du temps ...Opiniâtreté hors du commun et des relais sur les réseaux : face book ,Twitter ,Marianne, ...Soyez nombreux à cliquer sur ce site ...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens