Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 12:48

La tâche de deux qui ont des responsabilités économiques , financières ou administratives n'est pas toujours aisée ... Concilier des points de vue opposés , veiller au respect des uns et des autres et surtout éviter les violences et le clash peut donner lieu à une vraie prise de tête ....Chacun en pensera ce qu'il voudra mais qu'il le soit permis ici de féliciter Yves JEGO dont je ne partage pas toutes les convictions mais qui en proposant par le biais d'une loi de mettre en place des menus végétariens dans les cantines scolaires contribue à pacifier les débats sur les repas comportant ou non de la viande de porc....Avec cette idée qui n'est ni de droite ni de gauche mais laïque et de bon sens les enfants ne seront plus stigmatisés et c'est bien là l'essentiel....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 09:49

Il est vrai que la colère est souvent mauvaise conseillère et que l'on manque d'objectivité quand on s'emporte mais il est parfois sain quand on constate d'apparentes insuffisances de les dénoncer même si on peut paraître excessif ...Quand on déclenche une effervescence , les choses peuvent se décanter , l'essentiel étant de trouver des solutions aux profondes détresses ...Evidemment les insultes et les violences dérives auxquelles je ne me laisse jamais aller sont à bannir car elles ne contribuent pas à faire valoir le bien fondé des requêtes .....Vous me direz c'est un peu compliqué de s'énerver en conservant son calme .....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 15:34

~~ Faire le poids face à Rouen Là où certains défendent leur identité rurale, d’autres comptent défendre leur point de vue et faire entendre leur voix face à la Métropole Rouen Normandie. Les partisans de la création de grandes Agglomérations n’approuvent guère ces divisions. C’est le cas de Pascal Martin, président (UDI) du Département de Seine-Maritime et de la Communauté de communes des Portes nord ouest de Rouen. Ce dernier regrette de voir un tracé défini en ne s’appuyant que sur l’avis « d’une petite minorité » refusant la grande fusion. Ce plan présenté par le préfet n’est pas définitif et de nouvelles suggestions devraient être présentées, avant que le Comité départemental ne pose des amendements pour de potentielles modifications de la carte. Ces amendements devront ensuite être validés à la majorité des deux tiers des membres du comité. Allusion à une récente intervention dont j'ai été témoin: Dans un débat public quand missionné on veut faire valoir des propositions , on évite de s'énerver et de braquer l'auditoire qui déjà pas très emballé par un supposé sectarisme a eu ainsi la démonstration des dérives dont il ne veut pas .....On est passé à côté d'un vrai débat   dans la commune rurale concernée ...

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 15:25

~1 QU’EST-CE QU’UNE COMMUNE NOUVELLE ? L a commune nouvelle est issue d’une disposition instituée par la loi de Réforme des Collectivités Territoriales du 16 décembre 2010. Cette disposition remplace le dispositif de fusion de communes issu de la loi n°71-588 du 16 juillet 1971 (dite loi Marcellin). L’objectif est de proposer une formule rénovée de regroupement de communes aboutissant à la création d’une «commune nouvelle», pouvant notamment s’appuyer sur le périmètre des intercommunalités auxquelles les communes adhèrent. Qui prend l’initiative de la création de la commune nouvelle ? Des communes contiguës peuvent se regrouper en une commune nouvelle. Cela peut concerner tout ou partie de communes regroupées au sein d’une intercommunalité à fiscalité propre. L’initiative de la création d’un tel regroupement peut provenir des conseils municipaux : 1) soit des conseils municipaux concernés par accord unanime, la consultation des électeurs n’est pas obligatoire dans ce cas ; 2) soit avec l’accord des 2/3 au moins des conseils municipaux des communes membres d’un même EPCI à fiscalité propre représentant plus des 2/3 de la population totale de celles-ci. La consultation des électeurs est obligatoire dans ce cas. L’initiative peut également émaner du conseil communautaire d’un EPCI à fiscalité propre, cette décision est soumise à l’accord des 2/3 au moins des conseils municipaux des communes représentant plus des 2/3 de la population totale de celles-ci. La consultation des électeurs est obligatoire.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 11:18

~~La préfecture de Seine-Maritime a présenté, vendredi 2 octobre 2015, aux élus du département, ses préconisations pour un nouveau schéma départemental de coopération intercommunale. Celui-ci répond à une volonté de procéder à une réforme territoriale visant à réduire le nombre d’intercommunalités sur le territoire. Une décision obligatoire à prendre, mais qui provoque la colère de plusieurs élus de Seine-Maritime.

~~Un « mariage à six » avorté ? Du côté de Dieppe, l’annonce est également mal reçue : l’idée de former une grande agglomération constituée de Dieppe et de cinq communautés de communes environnantes est balayée de ce nouveau plan. “Nous souhaitions un mariage à six. Nous remportons un veuvage », regrette le président DVD de l’agglomération Dieppe-Maritime, Jean-Jacques Brument.” Ces décisions découleraient de la volonté des EPCI plus rurales, qui préfèrent s’associer entre elles plutôt que de se fondre dans une grande agglomération urbaine. Saint-Romain-de-Colbosc se bat pour son indépendance, tandis que, du côté de Dieppe, Saâne et Vienne, Varenne et Scie, Les Trois Rivières veulent s’unir, pour former une nouvelle EPCI d’environ 36 000 habitants. Une commune nouvelle est également en cours d’élaboration au sein de la Communauté de communes du Petit-Caux : elle s’unira avec sa voisine, l’EPCI Monts-et-Vallées (21 000 habitants au total).

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 11:12

Des palabres , des discours propagandistes ,de grandes déclarations faussement compassées chacun prétendant être meilleur que l'autre pour redonner du lustre à notre nation ....En attendant c'est un peu la descente aux enfers et en particulier pour ceux qui transitent dans le pays des droits de l'homme ....Toute cette population en détresse qui déferle chez nous n'est pas la bienvenue au moment où on mène campagne en empruntant à la droite radicale quelques thématiques pas vraiment en phase avec les règles d'hospitalité les plus élémentaires ....On s'affronte en demandant à l'autre forcément plus riche de fournir les efforts que l'on ne veut pas consentir ...On compte sur les bonnes volontés et notamment sur les bénévoles qui avec peu de moyens font le job pendant que les édiles pavanent et donnent des leçons tout en s'accrochant à leurs mandats .......YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 11:55

On bétonne à tour de bras et on s'étonne ensuite des conséquences dramatiques de beaucouo d'inconséquences et surtout de cupidité ...On déclenche des colères et des sous fifres sont livrés en pâture à une foule en délire prête à les lyncher ...On se fait copieusement insulter pour avoir fait état de l'indigence des moyens mis en œuvre pour venir en aide aux plus démunis et en particulier aux réfugiés dans des villes dont les élus prétendent être les meilleurs dans le combat contre la misère ....Plutôt que de répondre à l'urgence ,on part à la recherche de boucs émissaires et on se répand en propos haineux et en comportements intolérables qui nous font prendre conscience de l'ampleur du désastre.....Chacun dans son camp retranché accuse l'autre et rien n'est réellement fait pour améliorer une situation calamiteuse ....Saluons quand même les bénévoles souvent apolitiques qui accomplissent quotidiennement un travail remarquable et qui n'ont d'autre souci que de se montrer humains ......Des coups de boutoir réguliers pour lutter contre la connerie des uns et des autres ,c'est bien peu de chose mais néanmoins c'est mieux que d'observer sans rien faire ou de sombrer dans l'indifférence .......YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 11:43

~~ Bagdad Palace Jonas Cuénin à Dieppe 2009-06-29 20:31:00 Bagdad Palace Peshraw, un jeune réfugié kurde irakien, dans les locaux d'une vielle usine de Dieppe, où il a trouvé refuge avec une dizaine d'autres clandestins d'Irak. Jonas Cuénin Imprimer L’article Envoyer à un ami Commentaires Partagez l'article FACEBOOK TWITTER Agrandissez l’image Bagdad Palace Agrandissez l’image Bagdad Palace Agrandissez l’image Bagdad Palace Ils sont Irakiens, Palestiniens, Iraniens, Afghans, ou Roumains. En dépit de conditions de vie précaires, ils sont des centaines d’aspirants à l’exil à tenter de rejoindre l’Angleterre par les côtes normandes. À Dieppe, au nom de la dignité humaine, l’association Information Solidarité Réfugiés leur vient en aide. En haut du chemin, derrière la vieille barrière rouillée, un amas d’immondes ordures et de matériaux laissés à l’abandon jonche le sol. Et sur le bord de ce terrain abandonné se dresse une lugubre bâtisse en brique rouge. L’endroit n’est pas accueillant : barreaux aux fenêtres, escalier en fer et marches glissantes. C’est pourtant dans cette ancienne usine Vinco, un fabricant de mobilier, qu’une dizaine de jeunes Kurdes d’Irak ont trouvé refuge. Ahmed et Peshraw, 16 et 17 ans, ont parcouru plus de 5000 kilomètres pour, il y a trois mois, atterrir à Dieppe, dans ce squat qu’ils surnomment « Bagdad Palace ». La pièce n’a rien d’une luxueuse suite, mais ils ont au moins un toit, un lit où dormir, un réfrigérateur rempli de nourriture, une radio et même un poste de télévision, leur meilleur ami contre l’ennui. Bien qu’il leur offre une vision inaccessible de cette Europe qu’ils convoitent tant, ils s’estiment heureux de pouvoir suivre les matches de football. C’est la municipalité de Dieppe qui alimente le squat en électricité et met par ailleurs à la disposition des clandestins des douches dans le square François-Mitterrand, en centre-ville. Les ambitions d’Ahmed et Peshraw ne s’arrêtent pas à ce confort relatif ni à cette tanière. Ils aspirent à un idéal de société, où ils trouveraient facilement du travail et gagneraient assez d’argent pour en envoyer un peu à leur famille, restée en Irak. L’Angleterre est là, à leur portée, à une centaine de kilomètres. Pour elle, ils ont, avec des passeurs et à des prix qui dépassent parfois 1400 dollars, traversé la moitié de l’Europe en camion et en bateau. Pour Ahmed et Peshraw et les clandestins qui rêvent de traverser la Manche, cette Angleterre dans laquelle ils ont souvent déjà des amis ou de la famille et dont ils connaissent un peu langue, prend des allures de terre promise. Inlassablement, ils cherchent, souvent la nuit, à se faufiler dans un camion prêt à s’embarquer dans le ferry qui les emmènerait de l’autre côté, à Newhaven. La plupart du temps pour être débusqués, arrêtés par la police et relâchés le lendemain. Même s’ils n’ont pas officiellement les papiers, Ahmed et Peshraw et la dizaine de jeunes Kurdes irakiens qui se sont réfugiés à Dieppe, sont considérés comme réfugiés politiques à cause de la guerre qui frappe leur pays et ne peuvent être expulsés par les autorités françaises. Et ce n’est ni la misère, ni l’échec, ni cette épaisse brume du mois d’avril qui pourra leur ôter leur doux rêve d’Eldorado anglais. Mais lorsque l’on évoque ce pays qu’ils idéalisent, Peshraw répète obstinément dans un anglais modeste : « Big problems in Iraq: no money, no work, no food. I want to go to England. I want to go there (Gros problèmes en Irak : pas d’argent, pas de travail, pas de nourriture. Je veux aller en Angleterre) ». De l’humanitaire, rien que de l’humanitaire. Chaque jour, les bénévoles de l’association Information Solidarité Réfugiés (ISR) vont rendre visite aux clandestins. Ils viennent leur apporter à manger, des vêtements, des couvertures, mais aussi et surtout de la conversation, du courage et une indispensable dose de chaleur humaine. « On finit par oublier que derrière les mots clandestins, réfugiés, sans-papiers, il y a des êtres humains, des histoires et des détresses », confie Erik Schando, dentiste et président d’ISR. Le pire du pire, c’est l’indifférence. Pour ne pas tomber dedans, il faut s’impliquer. Et tout le monde peut agir ». Agir, oui, mais toujours en toute légalité. Welcome, le dernier film de Philippe Lioret le rappelle : la frontière entre aide humanitaire et soutien à personne en situation irrégulière est en effet parfois mince. Mais Erik Schando et les bénévoles en ont bien conscience. « Chacun son boulot », dit-il. On ne se bat pas pour une idéologie. Nous, on reste dans l’humanitaire. Bien que leur cause m’émeuve, je n’aiderai jamais aucun clandestin à monter dans un bateau pour l’Angleterre ». Confondre les genres ne ferait qu’anéantir la relation de confiance qu’il a réussi à entretenir avec la police et les autorités. « Les mots d’ordre de l’association sont confiance, transparence et apolitique » ajoute-t-il. Une rigueur qui lui a même permis d’avoir les faveurs du sous-préfet de Dieppe, qui va jusqu’à encenser les actions charitables de la petite équipe. La ville possède un réseau associatif bien atypique. Ici, des bénévoles mais aussi des professionnels s’activent pour rendre le quotidien de tous ces migrants un peu plus gai. Une chaîne de solidarité au nom de la dignité humaine. Et ils tentent de convaincre ceux qui restent insensibles que « chacun, à son niveau, peut rendre les choses différentes ». L’intérêt est éducatif, pédagogique et avant tout civique. En cas de besoin, Erik Schando sait qu’il peut compter sur toute son équipe. Le « meilleur boss du monde », comme une médaille au-dessus de son bureau le décrit, va récupérer des vêtements à l’armée du salut ou acquérir des draps et couvertures propres quand les hôtels de la région renouvellent leur linge. De nombreuses attentions que les clandestins lui rendent bien. Des sourires d’enfant, des regards scintillants, et l’expression de simples émotions suffisent à combler Erik et les autres bénévoles. Un profil « sociologique » qui change Depuis 2003 et la fermeture du centre de Sangatte, le profil des candidats à l’exil en Angleterre a quelque peu changé. Plus jeunes, souvent seuls et sans famille, ils ne ressemblent pas vraiment aux militants menacés dans leur pays ou aux familles qui fuyaient des régimes dictatoriaux. Comme Ahmed et Pershaw, ils sont attirés par la réussite et imaginent un destin meilleur dans les pays anglophones. Et pas seulement la Grande-Bretagne. Ils parlent aussi des États-Unis. Alors ils tentent l’aventure, souvent sans succès et ils manquent de se noyer ou de se tuer. Certains vont même jusqu’à s’accrocher aux amarres des navires. « Est-ce qu’on mérite la mort parce qu’on fuit la misère ? » s’indigne Erik Schando. Leurs rêves sont souvent teintés d’illusions, comme ce gamin de quatorze ans dont le médecin se souvient. Sourd et muet, il croyait pouvoir retrouver l’ouïe et la vue en Angleterre et arborait fièrement un t-shirt floqué de la Saint George Cross. « Pauvre gosse », livre Erik. Mais tant que les bénévoles comme lui œuvreront, Ahmed, Pershaw et tous les autres ne sombreront pas complètement dans le désespoir. commentaires Commentez cet article > Lire tous les articles de la rubrique Société AGENDA New York • Événements spéciaux French Heritage Society - Conversation about Design and French Heritage Providence • Événements spéciaux Café de l'Alliance Open House Trouver un évènement Poster un évènement BFM BUSINESS

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 03:36

Nous sommes à la veille des régionales et les thèses populistes du front national ayant fait des ravages à gauche et même très à gauche en captant bon nombre de voix : les édiles devant une opinion à qui l'on ne cesse de parler d'invasions n'ont guère envie d'aborder le thème de l'émigration sauf pour accuser l'autre des pires maux ....On peut à l'occasion accueillir quelques familles et le faire savoir médiatiquement en montrant ainsi qu'on est à la fois humain et raisonnable ....Le problème des migrants va certainement prendre de l'ampleur , soyons rassurés , ils transitent chez nous et n'ont guère envie d'y rester ...Eu égard aux comportements et aux réflexions que l'on peut observer sur l'ensemble de l'échiquier politique à droite comme à gauche , il est vrai qu'il ne reste plus que des bénévoles dévoués corps et âme et en ce moment un peu dépassés tant ils sont sollicités pour répondre aux urgences , ceux là ne font pas de politique et agissent sans aucune arrière- pensée ....Je ne donne de leçon à personne mais courtoisement je tire quelques conclusions à la lumière de quelques expériences récentes qui ont un peu altéré ma confiance aux uns et aux autres et notamment aux<< Forts en gueule >>...YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 19:16

Quand le militantisme politique aveugle s'invite à un débat sur la nécessité de répondre à l'accueil des migrants ; c'est chaud même très chaud avec des insultes à la clé quand on dénonce l'apparente insuffisance des moyens mis en œuvre , les autres c'est à dire les communes environnantes étant jugées plus riches qui ne disposent pas de structures d' hébergement étant pointées du doigt ...Qu'à cela ne tienne la question sera évoquée car il n'est jamais trop tard pour agir utilement .Pour la cité d'Ango,le maximum étant fait à ce que l'on m'a expliqué, insister serait faire preuve de mauvais esprit d'autant plus que cinq familles syriennes vont être accueillies ....Ayant ramé toute une journée pour venir en aide à cinq gamins , je n'ai trouvé une solution qu'en faisant appel à quelques amis et à des bénévoles qui chaque jour accomplissent des miracles ....Le soir venu , j'ai donné un coup de fil de trop là où il ne fallait pas ... J'ai ainsi bien compris que l'engagement politique très prononcé donnait des œillères ...Il existe une radicalité à droite comme à gauche qui ne favorise guère le vivre ensemble ....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de YVONLABAUDRUCHE à visiter sans modération et à conseiller aux amis et aux proches et à l'occasion à ceux que vous voulez moucher ...
  • : Au moins un article quotidien qui en général traite de l'actualité avec humour et sans complaisance pour ceux dont les comportements et mœurs nous irritent profondément ...Blog très fourni avec les commentaires avisés de visiteurs devenus des amis au fil du temps ...Opiniâtreté hors du commun et des relais sur les réseaux : face book ,Twitter ,Marianne, ...Soyez nombreux à cliquer sur ce site ...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens