Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 03:52

Si le peuple ne comprend pas pensent-ils c'est qu'on leur a mal expliqué tout cela serait donc  une question de pédagogie ...Effectivement il s'agit bien d'un problème de compréhension mais ceux qui ne saisissent pas bien le fonds du problème ce sont ceux là même qui très doctes veulent donner des leçons à leurs administrés ...Des dizaines d'années que mandatés par des électeurs qui ont commis l'erreur de leur faire confiance , ils se sont repus sur la bête nous prêchant que ça irait mieux  demain si nous acceptions aujourd'hui restrictions et privations ....C'est vrai que la France eu égard aux combats pour les progrès sociaux ne se portait pas si mal et encaissait mieux les crises financières liées aux cupidités des banques et des spéculateurs qui les régissent .mais ça se dégrade dangereusement ...Au lieu de persister et de signer dans un système au final de plus en plus inégalitaire et dévastateur pour la planète , il serait grand temps d'inventer autre chose ...C'est ce que l'actuel gouvernement prétend faire mais ce n'est pas en recyclant de vieilles recettes ultra libérales qu'il va y parvenir et surtout pas en se servant d'alibis prétendument moraux pour taxer un maximum ceux qui sont déjà exsangues ....Ce qu'il est parvenu à faire c'est de redonner de la couleur à l'extrême droite , à exciter l'extrême gauche , à désespérer les modérés et les pacifistes et à faire de l'écologie un repoussoir ...Messieurs si vous êtes si intelligents , il est plus que temps de la prouver , la France en sortirait grandie ...De grâce ne prenait pas vos compatriotes de base pour des idiots et balayez devant votre porte , les plus  stupides ne sont pas ceux que l'on croit , parole d'enseignant et de grand amateur de faits historiques qui a bien étudié la question ...Ma compassion va à la France d'en bas , mon mépris bien souvent  à celle d'en haut tout du oins dans le contexte actuel , à chacun ses options ....YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 21:00

Dans toute organisation sociale existe un équilibre qui permet pendant un certain laps de temps de vivre  à peu près pacifiquement chacun acceptant la  place qui lui est dévolue évidemment dans les dictatures les individus n'ont pas vraiment d'autres choix que  d'accepter  leur condition et ce n'est qu'à la faveur d'une guerre civile que les cartes  peuvent être  rebattues avec souvent l'avènement d'un autre tyran ...Sous l'ancien régime les ordres privilégiés noblesse et clergé , les seuls assez riches pour entretenir des troupes armées à leur service n'avait aucun mal à écraser les Jacqueries  , ajoutons que le droit divin qui permettait de considérer comme sacrilège tout acte de rébellion remettant en cause l'ordre établi  achevait de tuer dans l'oeuf toute révolte ...Pour les serfs et les vilains , le paradis , c'était éventuellement quand on passait de vie à trépas encore fallait-il s'être montré  dévot et obéissant durant son existence ....Au siècles des Lumières les digues ont sauté et le petit peuple longtemps méprisé s'est vengé avec des avancées suivies de reculs car les habitudes étaient là et les forces conservatrices revanchardes n'ont jamais vraiment rendu les armes ....Les colères de gueux font peur mais certains profitent des situations confuses pour tenter de gagner un pouvoir longtemps convoité  en faisant  privé de fausse compassion   ..... Maintenant intéressons nous à l'époque actuelle avec des Français  bien installés dans une société de consommation qui à leur insu les aliène et qui est responsable de la dégradation de leur condition ...Exploités , méprisés , endettés , médiatiquement matraqués , désinformés , théoriquement ils  devraient t être anesthésiés et accepter les grandes inégalités économiques et sociales ...Ne leur explique-t-on pas que tout s'améliore sans qu'ils s'en rendent compte et que ça ira beaucoup mieux demain s'ils acceptent les privations   d'aujourd'hui forcément nécessaires et même selon les gouvernants vitales ...jusqu'où aller trop loin sans faire craquer la France d'en bas , la macronie a testé et ma foi a dépassé les limites ....; Maintenant il va falloir réduire la fracture , ce n'est pas gagné  car la casse est énorme ....Bouleverser les fragiles équilibres est périlleux ....Mon petit Emmanuel , les jésuites qui vous ont formé , ne vous l'ont -t-il pas enseigné  ?   YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 09:00

Je donne de la visibilité à mes articles essentiellement grâce à Face Book et à Twitter mais depuis   début décembre aucune visite en provenance de l'oiseau bleu,ni d'ailleurs d'Over - Blog mon hébergeur quand je consulte mon audience quotidienne ...

 
Curieux eu égard au nombre de tweets et d'abonnés 

C'est à partir de l'observation de toutes ces anomalies et de tous ces petits crocs en jambes que beaucoup de gens ont la sensation que les informations circulent mal ou tout du moins unilatéralement avec des voies officielles servant de miroir grossissant à la communication gouvernementale et à celle des élites et une mise sous étouffoir de tout ce qui pourrait déranger ce qui a été mis en oeuvre depuis des dizaines d'années à coups  d'enfumage et de duperies ...Bien sûr c'est pire dans les dictatures mais on en arrive souvent là quand pour mette fin au chaos , certains optent pour la solution musclée ....Moi ce que j'en dis importe peu , n'empêche que j'avais un peu prévu et annoncé cet incroyable imbroglio...Contrairement aux populistes qui opportunément monte au front , je n'ai rien à gagner dans cette malheureuse histoire ...YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 03:34

Si nous sommes aujourd'hui dans la panade avec un <<bordel>> monstre , c'est un peu à cause de Gattaz ...Non content d'avoir pourri le quinquennat de Hollande en demandant beaucoup sans rien donner en échange , il a trouvé en Macron dont il a fait son chouchou le candidat idéal pour appliquer une politique  favorable  aux très riches et aux grands patrons avec pour alibi , la stratégie du ruissellement ...Aujourd'hui , le résultat est dégoulinant et le seul arrosage auquel  a droit la France d'en bas c'est celui des canons à eau pour disperser les manifestants énervés par une pluie de taxes et d'impôts toujours pour la bonne cause bien sûr car il faut bien une explication à la chose ....Où est Gattaz  aujourd'hui et quelle est son appréciation de ce qui se déroule actuellement ? Personne n'a eu encore l'idée d'aller lui poser la question ...Nul besoin de mettre de l'huile sur le feu sans doute ...YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 02:03

 Personne ne souhaite le chaos , personne ne veut de nouvelles violences avec au milieu des confrontations des vitrines brisées , des voitures brûlées , des gilets jaunes et des policiers blessés ....Le bras de fer est allé beaucoup trop loin et on peut s'étonner que des gens aux responsabilités n'aient pas entendu les nombreuses alertes et  compris le risque qu'il y avait d'aller trop loin dans les restrictions et dans les exigences à l'égard de la France dite d'en bas qui est en fait tout simplement le peuple ...Ce peuple qui a confié sa souveraineté à des élus et qui est renté de vouloir la reprendre en cas de trahisons et de graves manquements ....On a beau dire et répéter que ça ira mieux demain , il voit seulement que ça va très mal aujourd'hui ...Beaucoup souhaitent que l'on sorte de l'impasse , messieurs réputés très intelligents , voilà l'occasion de montrer vos grandes capacités intellectuelles et non pas les muscles de vos services d'ordre qui au demeurant n'en peuvent plus  , ne tentez pas de berner ou de  duper votre monde , les gens ne sont pas aussi idiots que vous voulez bien le penser et c'est à avoir trop joué sur votre prétendue supériorité  que l'on en est là : les conséquences d'un manque d'humilité en quelque sorte ....Ne méprisez jamais le peuple , ses colères peuvent être terribles et difficilement maîtrisables sauf à  sombrer  dans une dictature , ce que personne ne  souhaite et ce qui nous pend au bout du nez si ça cotinue ...YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 21:20

Barbier : «il yaurait quelque chose de très populaire à faire, c’est la suppression de la redevance TV, car beaucoup de regardent la télé parce qu’ils n’ont pas d’autres distractions dans la vie» Ce mépris...

Ils ont passé leur vie à commenter la politique rencontrant les élites et tous les importants qui de loin ou de près ont ou ont eu une influence sur le destin de la France ....D'innombrables déjeuners ou petits déjeuners aux frais de la princesse c'est à dire bien souvent du contribuable pour se forger une opinion au milieu de gens bien comme il faut dans des décors somptueux ...Evidemment la France d'en bas , ils finissent par la voir comme  ceux qu'ils ont l'habitude de côtoyer ...Aucune angoisse de fin de mois pour ces écharpes rouges ou blanches et c'est avec une certains suffisance voire avec mépris qu'ils observent ce qui se passe en ce moment ...Bien sûr les violences et la radicalisation effraient  mais ces journalistes hautains ont  oublié de remplir leur mission r de lanceurs d"alerte , tout bon journaliste aurait dû voir venir la tourmente ....YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 15:26
Actualités
Actualités
 Benoît Rayski,Atlantico.fr sam. 1 déc. 18:56 UTC+1 
 Benoît Rayski,Atlantico.fr sam. 1 déc. 18:56 UTC+1 

Facile d'être héroïque quand bien à l'abri dans son manoir ou son palais servi  par une armée de domestiques , on voit tout ça de très haut et de très loin; déjeunant à l'occasion avec des représentants des C  R S , des gradés bien sûr mais les policiers de base surexposés ont besoin  certainement d'autre chose  que d'un flot de  louanges et de propos compassés : ils voudraient bien que ça cesse : certes comme beaucoup , ils n'aiment guère le désordre mais en définitive , leurs préoccupations ne sont pas très éloignées de celles des gilets jaunes ...Ajoutons que la situation est telle  que l'extrême droite va vite tirer les marrons du feu et reprendre ses vieux chevaux de bataille avec l'assurance d'être de plus en plus entendue ...Droits dans leurs bottes favorisant ceux qui  ne dédaigneraient pas que nos soldats marchent au pas de l'oie .........YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 10:51

Le porte-parole du gouvernement et secrétaire d\'Etat auprès du Premier ministre, Benjamin Griveaux, en interview dans les studios de France Bleu Pays Basque le 30 novembre 2018.

Voilà deux  W E que l'on voit à quel point le gouvernement maîtrise la situation ...Il suffit même de regarder la tête de Griveaux pour comprendre l 'ampleur de ce qui se passe et la sidération des ministres tellement sûrs de la justesse de leurs analyses et de la pertinence de leurs propositions ...C'est parce que la France d'en bas est longue  à comprendre que ces gens là ne  veulent que leur bonheur  que ça  achoppe,il suffit simplement de bien leur expliquer et de leur demander de patienter encore un peu . et les gilets jaunes vont reconnaître toute la majesté du petit prodige et de ses disciples et apôtres ...YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2018 7 02 /12 /décembre /2018 21:06

Le pouvoir est entre les mains d'une caste autour du roi Louis-Philippe, que Marx appelle l'aristocratie financière. Les bourgeois libéraux vivent dans le souvenir de la "Grande Révolution" (1789) et de Napoléon 1er. Des revendications ouvrières ont commencé à émerger, comme la révolte des Canuts à Lyon (1831).

Le roi Louis-Philippe est visé par de nombreux attentats dont celui de Fieschi, le plus meurtrier, en 1835, qui débouche sur une restriction de la liberté d'expression.

Interdits de réunion, les républicains contournent la loi en organisant à partir du 9 juillet 1847 des banquets qui réunissent des centaines de participants autour de quelques éminents orateurs. On en compte pas moins de 70 à Paris et dans les grandes villes du royaume au cours des sept mois suivants.

Sous la Monarchie de juillet, seule cette aristocratie financière détenait le pouvoir, et le suffrage était censitaire. Cela donnait l'impression que l'ensemble des autres classes (paysans, ouvriers, bourgeoisie industrielle et petite-bourgeoisie) avaient un intérêt commun face à elle, intérêt qui s'expirmait dans la revendication de la République et le suffrage universel. La révolution de 1848 a donc été un soulèvement populaire unitaire...

Déroulement

L'un de ces banquets ayant été interdit, les étudiants et les ouvriers manifestent le 22 février 1848 à Paris. Ils sont rejoints le lendemain par la garde nationale composée de petits bourgeois. La rue commence à se calmer quand le roi renvoie enfin son Premier ministre, le triste et impopulaire François Guizot. Mais, le soir du 23 février, une manifestation dégénère devant le ministère des Affaires étrangères, sur le boulevard des Capucines. Un coup de feu entraîne une riposte des soldats. On relève une vingtaine de morts. Les barricades se multiplient.

Dans la nuit, Louis-Philippe rappelle Adolphe Thiers, qui l'a porté au pouvoir 18 ans plus tôt, mais le remède est sans effet. Reçu avec hostilité par la troupe stationnée au Carrousel, devant le palais des Tuileries, le roi se résout à abdiquer en faveur de son petit-fils, le comte de Paris, en confiant la régence à la duchesse d'Orléans.

La foule envahit le Palais Bourbon où siègent les députés. Les républicains commencent à se manifester. Un cri retentit : «À l'Hôtel de Ville !»

C'est ainsi qu'un petit groupe de républicains, à l'instigation de Ledru-Rollin et du vieux poète Lamartine (58 ans), gagne le lieu mythique de la Grande Révolution, celle de 1789. Lamartine, Ledru-Rollin, Arago, Dupont de l'Eure et Marie proclament dans la nuit l'avènement d'un gouvernement républicain. Ainsi naît la IIe République.

Coup d’ Etat 1851 / Cavalerie de d’Allonville dans les rues de Paris, le 2 décembre 1851 – Gravure ancienne - Anonyme, 1851 ou 1852.

Coup d'État du 2 décembre 1851
 
 
Sauter à la navigationSauter à la recherche
 
Devant un buste tutélaire de l'empereur Napoléon Ier, le président Louis-Napoléon Bonaparte (à droite) délivre ses instructions aux conjurés dans la nuit du 1er au 2 décembre 1851. De gauche à droite : son secrétaire Mocquard tient la liste des personnes à arrêter, le général de Saint-Arnaud tient les ordres militaires destinés au maréchal MagnanMorny (par ailleurs demi-frère du président) glisse dans sa poche le décret le nommant ministre de l'Intérieur tandis que Persigny se tient fidèlement en retrait1.
Estampe de Philippoteaux, gravée par E. Leguay, 1853.

Le coup d'État du 2 décembre 1851 est l'acte par lequel, en violation de la légitimité constitutionnelleLouis-Napoléon Bonaparteprésident de la République française depuis trois ans, conserve le pouvoir à quelques mois de la fin de son mandat, alors que la Constitution de la Deuxième République lui interdisait de se représenter.

Le matin du , Louis-Napoléon Bonaparte édicte six décrets proclamant la dissolution de l'Assemblée nationale, le rétablissement du suffrage universel masculin, la convocation du peuple français à des élections et la préparation d’une nouvelle constitution pour succéder à celle de la Deuxième République. Celle-ci, proclamée en février 1848 a duré moins de quatre ans.

Conclusion non seulement des difficultés que la Deuxième République rencontra pour s’imposer, mais aussi d'un conflit de trente mois avec le parti de l’Ordre, qui détient la majorité au Parlement, ce coup d'État marque la victoire des bonapartistes autoritaires.

Si le peuple de Paris réagit relativement peu pour défendre une assemblée conservatrice qui l’a dépouillé d'une partie de ses droits politiques, ce n’est pas le cas dans les zones rurales de près d'une trentaine de départements.

Dans certains endroits les républicains prennent les armes et marchent sur les chefs-lieux. La résistance menée à Paris ou en province par les républicains (Victor SchœlcherVictor HugoJean-Baptiste Baudin…), par des membres du parti de l’Ordre non ralliés (le père Lacordaire, le prince de Broglie) est écrasée par l'armée en quelques jours.

Si l'on compte plusieurs centaines de tués à Paris, il n'y a pas de bilan global des affrontements et exécutions sommaires d'insurgés menées par l’armée. Ainsi, dans le Var, les colonnes républicaines, mal armées, furent facilement dispersées par la troupe et il y eut entre 60 et 90 tués en quelques jours.

Sur l'ensemble de la France plus de 27 000 personnes sont arrêtées et inculpées. Cette résistance, présentée comme une jacquerie par la propagande bonapartiste, et la fermeté de la répression crédibilisent alors rétrospectivement le mythe d’une guerre sociale se préparant pour 1852, alimentant la peur des petits et grands possédants, qui se rallient au nouveau régime, recréant ainsi les conditions d'une alliance entre les bonapartistes et les cadres de la société pour les huit années suivantes. De fait, la propagande gouvernementale, relayée par le bouche à oreille, avait démesurément grossi quelques épisodes locaux : massacres de gendarmes désarmés, viols systématiques.

Face à la légalité constitutionnelle, à laquelle se raccrochent les défenseurs de la République, les bonapartistes préfèrent opposer le suffrage universel, autorité supérieure à celle de la Constitution, et la confiance directe manifestée par le peuple comme seule source de légitimité.

Conformément à son appel au peuple, Louis-Napoléon rétablit le suffrage universel masculin, et convoque les Français par un plébiscite les 20-21 décembre afin de faire approuver son action et les réformes annoncées. Moins d’un an plus tard, le 2 décembre 1852, à la suite d'un autre plébiscite, le Second Empire est établi, Louis-Napoléon Bonaparte devenant « Napoléon III, empereur des Français ».

Tout au long de la IIIe République, le coup d'État sert de repoussoir à l’historiographie républicaine, et alimente une légende noire autour de Napoléon III et du Second Empire, selon les historiens Louis Girard, Pierre Milza, Yves Bruley, Jacques-Olivier Boudon, Jean Garrigues ou encore Éric Anceau.

La Commune de Paris est une période insurrectionnelle de l'histoire de Paris qui dura un peu plus de deux mois, du  à la « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871. Cette insurrection contre le Gouvernement (issu de l'Assemblée nationale qui venait d'être élue au suffrage universel masculin), ébaucha pour la ville une organisation proche de l'autogestion ou d'un système communiste. La Commune est en partie une réaction à la défaite française de la guerre franco-prussienne de 1870 et au siège de Paris, ainsi qu'une manifestation de l'opposition entre le Paris républicain, considéré comme « rouge », et une Assemblée nationale à majorité monarchiste.

Il faut que le petit révise vite ses leçons d'histoire : les épisodes insurrectionnels sont assez fréquents dans notre passé et les étudier peut permettre d'en tirer quelques enseignements ...L'exécutif peut mettre en place l'Etat d''Urgence et même l'Etat de siège avec le recours de l' armée et pourquoi pas rêver d'un coup d'Etat ...Emmanuel  Premier  ,ça peut faire son effet mais pour instaurer une dynastie , il faudrait répudier Brigitte qui  biologiquement ne peut plus donner d'héritier à la France et de toute façon sans son épouse , le petit est un peu comme Samson sans sa chevelure ,privé de ses forces ....Trêve de plaisanterie , l'heure est grave et cette semaine va être à marquer d'une pierre jaune n rouge ou blanche dans le quinquennat  selon les options choisies ...Il va falloir beaucoup d'intelligence pour ne pas plonger le pays dans le chaos et pour préserver la démocratie ...La tentation va être forte d'avoir recours à   l'autoritarisme ...... ...   ... YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2018 6 01 /12 /décembre /2018 21:22

 

 Après les scènes de chaos à Paris, l'exécutif cherche une réponse
 BFMTV il y a 2 heures 44 minutes 

Impression d'un immense gâchis avec des gendarmes et des policiers (Qui sont des Français comme  les autres de l'ordre )e exténués  , des pompiers épuisés en alerte permanente,  des gilets jaunes désappointées et des commerçants plusieurs fois victimes des dégradations totalement démoralisés ....Veuillez excuser ce rappel : nous sommes en démocratie avec un Président fraîchement élu sensé représenter tous les Français , avec des parlementaires  mandatés pour relayer les souffrances et les doléances de leurs administrés , avec des syndicats pour défendre les conditions de travail et les rémunérations des travailleurs , avec de nombreux journalistes qui quotidiennement donnent des photographies de la société françaises ...Oui , ça ne fonctionne pas parce que sciemment ou pas les règles sont faussées par des puissances d'intérêts qui font pression sur tout ce beau monde , complice ou simplement gentiment  complaisant pour ne  pas perdre les avantages ou postes acquis parfois grâce à quelques mensonges, trahisons ou embrouilles ...Il aurait suffi de lire quelques lignes d'articles de blogs semblables au mien pour comprendre toute l'étendue des problèmes qui inéluctablement allait se poser ....Maintenant il est plus que temps de faire preuve de lucidité et d'arrêter le mépris et la fausse compassion ....YVONLABAUDRUCHE 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de YVONLABAUDRUCHE à visiter sans modération et à conseiller aux amis et aux proches et à l'occasion à ceux que vous voulez moucher ...
  • : Au moins un article quotidien qui en général traite de l'actualité avec humour et sans complaisance pour ceux dont les comportements et mœurs nous irritent profondément ...Blog très fourni avec les commentaires avisés de visiteurs devenus des amis au fil du temps ...Opiniâtreté hors du commun et des relais sur les réseaux : face book ,Twitter ,Marianne, ...Soyez nombreux à cliquer sur ce site ...
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens