Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 08:59

• Le mode de scrutin

En France, le président est élu au suffrage universel direct, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. Il doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés en un ou deux tours.

• Les candidats

Cette année, les électeurs ont le choix entre onze candidats. C'est un de plus qu'en 2012, mais cinq de moins qu'en 2002, où un nombre record de candidatures avait été enregistré.

• Les horaires

En métropole, les 66.546 bureaux de vote ouvriront à 8 heures dimanche et fermeront à 19 heures, une heure plus tard que lors des présidentielles précédentes. Dans certaines grandes villes, les bureaux resteront ouverts jusqu'à 20 heures. Pour les Outre-mer, le vote aura eu lieu dès le samedi 22 avril dans certains territoires: Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon et en Polynésie française. À La Réunion, Mayotte et en Nouvelle-Calédonie, il se déroulera comme en métropole.

• Les résultats

Aucun résultat partiel ou définitif, hormis ceux concernant l'abstention, ne pourra être communiqué avant la fermeture du dernier bureau de vote, à 20 heures. Cette interdiction est sanctionnée d'une amende de 75.000 euros.

Verra-t-on apparaître les visages des deux qualifiés pour le second tour à 20 heures à la télévision? Pas sûr, car la fermeture des bureaux de vote, décalée d'une heure, va compliquer la tâche des instituts de sondage, surtout si les résultats sont serrés. Ils n'annonceront à 20 heures que des résultats très partiels, puisque les dépouillements ne pourront commencer qu'à partir de 19 heures dans la plupart des bureaux. Ces résultats seront actualisés au fur et à mesure de la soirée.

• Les électeurs

45,67 millions d'électeurs sont inscrits sur le territoire national - métropole et outremer - et 1,3 million sont des Français vivant à l'étranger et inscrits sur les listes électorales consulaires. Pour voter, il faut avoir la nationalité française, être majeur, jouir de ses droits civils et politiques et être inscrit sur la liste électorale.

• Les documents à avoir

Il faut impérativement être muni d'une pièce d'identité quand on se rend au bureau de vote - sauf dans les communes de moins de 1000 habitants, où il faut se munir d'une pièce d'identité OU de la carte d'électeur. La carte d'électeur ne fait pas office de pièce d'identité; si on est bien inscrit sur la liste électorale, cette carte d'électeur n'est pas obligatoire.

• Les bureaux de vote

Pour savoir à quel bureau de vote on est rattaché, on peut consulter le site de sa commune ou contacter sa mairie. L'adresse du bureau est également inscrite sur la carte électorale. Dans un bureau de vote, les électeurs sont soumis à certaines restrictions, rappelle le site du service public. Toute discussion ou délibération d'électeurs à l'intérieur est par exemple interdite.

• Le bulletin

Il faut prendre une enveloppe et au moins 2 bulletins de vote et se rendre obligatoirement à l'isoloir avant de se présenter devant l'urne. Attention, un bulletin annoté ou déchiré est considéré comme nul.

• La procuration

Pour établir une procuration, il faut choisir un mandataire inscrit sur les listes électorales de la même commune. La demande se fait au commissariat, à la gendarmerie ou au tribunal d'instance.

» Pour en savoir plus: Vous ne pourrez pas aller voter pour la présidentielle? Voici comment le faire par procuration

• Le vote électronique

Le vote par correspondance ou par internet n'est pas ouvert aux électeurs installés sur le territoire français. Et les électeurs français installés à l'étranger doivent de toute façon se rendre dans leur bureau de vote (ou voter par procuration) pour la présidentielle. Ils peuvent normalement utiliser le vote électronique pour les législatives... mais pas cette année. Le ministère des Affaires étrangères craint en effet des cyberattaques pouvant affecter le bon déroulement du vote.

• Le vote blanc

Le vote blanc, qui permet d'exprimer un refus de choix, n'est pas reconnu en France. Depuis une loi de 2014, ces bulletins sont décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tels au procès-verbal de chaque bureau de vote. Ils ne sont toutefois pas pris en compte dans le calcul des suffrages exprimés.

» Pour en savoir plus: L'indécision et le vote blanc, en tête dans les sondages

• La sécurité

C'est inédit: le scrutin présidentiel se déroulera sous l'état d'urgence. Plus de 50.000 policiers et gendarmes, appuyés par les militaires de l'opération Sentinelle, seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'élection.

• Le second tour

Il opposera le 7 mai les deux candidats arrivés en tête au premier tour. Aucun candidat n'a été élu au premier tour au suffrage universel direct sous la Ve République.

Vous disposez donc ci-dessus d'informations objectives , voici en  complément quelques  remarques  plus subjectives destinées à calmer les ardeurs des plus remontées prêts à renverser la table européenne ....Bon nombre de candidats ne sont ni des prolétaires ni des Français modestes et  certains de ceux qui prétendent défendre les plus modestes ont profité de leurs mandats pour se servir sur la bête en l'occurrence la France ...A la faveur des atrocités  perpétrées par des terroristes instrumentalisés et des situations précaires liées à l'importance du  taux de chômage  la France  est devenue majoritairement  xénophobe : racisme larvée ou racisme affichée , à droite comme à gauche des français craignent les différences ...Chez les plus radicalisés le racisme anti blanc n'est pas une vue de l'esprit , c'est juste la conséquence d'un affaiblissement de l'autorité de l'Etat et de l'abandon des valeurs laïques mais ce n'est pas en dressant les communautés les unes contre les autres et en opérant des coupes sombres dans les services publics tout en précarisant toujours un peu plus le monde du travail que l'on va arranger la situation ...Des édiles ou des élus qui ont triché même si la justice peine à  mener son action à cause des pressions , des connivences et des immunités ne devaient  pas être autorisés à concourir ....Ce sera donc aux électeurs de trancher mais la colère étant mauvaise conseillère , il risque bien d'opter pour la pire des solutions en assurant le succès d'une candidate et  d'un parti   encore plus   perfides que  les formations dont ils veulent se débarrasser ...Bien sûr les Anglais sont sortis de l'Europe  dont il n'ont jamais réellement fait partie et dont ils n'ont pas adopté la monnaie , ils l'ont quittée après  l'avoir bien sabordée oubliant au passage que grâce à cette institution nous avons connu la paix pendant des dizaines d'années ...Si on est prêt à être payé en monnaie de  singe et à  affronter  nos voisins , on peut toujours faire le choix de l'extrême ....YVONLABAUDRUCHE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fralex 19/04/2017 15:08

Excellent !